Discours de Monsieur le Président du BL à l’occasion du 4e anniversaire du parti.

Discours de Monsieur le Président du BL à l’occasion du 4e anniversaire du parti.

Distingués invités,

Chers amis de la presse,

Chers militants et sympathisants,

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Merci à tous d’être venus nombreux répondre à l’appel des militants et  sympathisants du Bloc Libéral, qui fêtent, en ce jour 11 février 2017, le 4e anniversaire du Bloc Libéral. Le 11 février est aussi l’anniversaire de la libération de Nelson Mandela, après vingt-sept ans de détention arbitraire par le  régime d’Apartheid alors au pouvoir en Afrique du Sud. Ce système politique de la minorité des Afrikaners, qui y dégradait et opprimait, sans remords historique, sociale et civique, les bantous majoritaires.

A l’occasion de l’anniversaire du Bloc Libéral, qui revêt ainsi une double signification, permettez-moi de souhaiter joyeuse fête à tous les militants et sympathisants du Bloc Libéral.  Aussi, je voudrais formuler une pensée pour le repos de l’âme de Monsieur Nelson Mandela. Je demanderais à l’audience de bien vouloir se lever et d’observer une minute de silence en la mémoire de Monsieur Mandela, mais aussi de toutes les victimes des répressions politiques dans notre pays. II est certain que l’histoire a enregistré Monsieur Mandela comme l’un des plus grands hommes d’Etat de l’ère de la Troisième vague de démocratie en Afrique et dans le monde.

Chers militants et sympathisants,

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Depuis la tenue de notre assemblée constitutive, le 19 septembre 2012, vous avez été nombreux à manifester votre solide attachement au parti. Cela se traduit à travers vos contributions diverses ; certains le font en espèce et d’autres en nature pour faire avancer notre rêve. Je vous dis un grand merci et vous encourage à continuer votre support pour le BL, dans le cadre de contribuer à l’avancée de la démocratie en Guinée. L’une des forces du BL réside dans sa vision inéluctable de rassembler les Guinéens afin de leur offrir des opportunités égales, la  protection et la défense de leurs droits et  libertés. Cette noble vision s’inscrit dans le cadre de la Guinée d’aujourd’hui et de celle de demain.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Le Bloc Libéral a une histoire passionnante dont nous avons toujours le plaisir de rappeler en des pareilles occasions. En effet, le parti dont nous fêtons le quatrième anniversaire aujourd’hui n’est pas né des humeurs incontrôlées ni du silence complaisant et passif d’un individu ; le BL est la résultante d’un long processus d’écoute attentive, de consultations et d’interactions entre les membres fondateurs, d’une part, et les Guinéens de toutes catégories confondues, d’autre part. Ce processus qui a duré longtemps a permis de faire les constats suivants, parmi d’autres :

Premièrement, depuis l’accession de la Guinée à l’indépendance, les conditions socioéconomique de nos peuples vont du mal au pire, et cela est dû aux responsabilités  des différents régimes qui se sont succédés, y compris celui actuellement aux commandes de la destinée des 12 millions de Guinéens.

Deuxièmement,  des institutions ont été créées à l’image des pays modernes qui ont fait leur preuve de bonne gestion publique ; malheureusement, pour des besoins de grandeur personnelle ou d’enrichissement, les chefs d’Etat qui se sont succédés ont toujours ignoré nos lois républicaines, y compris notre constitution qui est le pilier central sur lequel devrait reposer notre philosophie politique.

Troisièmement, ces chefs-d ‘Etat ont tous été des coupables, soit de par leur silence face à l’ethnotisation de la politique dans notre pays, ou par leur instrumentalisation de la dynamique ethno-régionale à des fins de gains politiques personnels. D’où l’incapacité qui a été la leur d’inculquer à la jeunesse, en particulier, et au peuple de Guinée, en général, des valeurs républicaines pour créer une nation fondée sur des institutions fortes. Comme conséquences de cette situation, le pays est caractérisé par la division basée notamment sur l’ethnie et la région. Les violations des droits et libertés sont quotidiennes ; l’insécurité, l’impunité et l’injustice sont monnaies courantes ; la pauvreté et la misère sont croissantes, malgré les immenses potentialités économiques de notre pays. Pire, la vie collective des Guinéens est vécue certes en apparence normalement, mais passivement, sans éveil critique, sans étonnement, sans questionnement. Le pouvoir actuel et ceux d’hier sont passés maitres dans l’art de culpabiliser notre peuple pour peu que celui-ci critique, questionne et manifeste son désaccord face à l’action des dirigeants. De cette manière, le leadership de notre pays paralyse son propre peuple dans la non-pensée ; cela rappelle assez bien le monde de Georges Orwell dans ses romans intitulés « la Ferme des Animaux » et « 1984 ». Dans un tel univers d’oppression et de répression mentale, la jeunesse perd les repères de son avenir.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

De tous les constats effectués par les membres fondateurs du Bloc Libéral, celui porteur d’espoir a retenu le plus d’attention. En effet, nombreux sont les compatriotes, la majorité sans doute, qui sont habités par  un profond désir que les relations entre les Guinéens soient vécues dans la vérité, dans la sincérité, dans la justice et dans la solidarité. Ils manifestent l’aspiration à construire de vraies relations conviviales avec leurs compatriotes sans considération ethnique ou régionale ; à cultiver une stabilité personnelle et une réelle sécurité, qui puissent garantir à leurs familles un avenir serein et heureux.

C’est pour accomplir cet espoir qu’est né le BL à l’occasion d’une assemblée constitutive tenue le 19 septembre 2012. Sa légalisation a nécessité une rude bataille, qui a duré plus de cinq mois. Elle a nécessité une pétition signée par des milliers de Guinéens à travers le monde, un recours à la Cour Suprême et de multiples communications et de plaidoyers auprès des organisations de la société civile, des institutions constitutionnelles de notre pays et des représentants des organisations internationales et des pays amis. C’est le lieu et l’occasion de dire merci à toutes ces personnes éprises de liberté, de justice et d’égalité qui ont soutenu notre combat. Nos remerciements particuliers vont à nos amis de la presse grâce auxquels, parmi d’autres, le BL est effectivement aujourd’hui un parti légal en Guinée.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Ce jour d’anniversaire, est une occasion pour nous de faire un bilan, mais aussi et surtout de nous projeter dans l’avenir. En effet, depuis l’obtention de l’agrément du BL, nous nous sommes mis au travail pour implanter le parti, l’équiper et participer au débat sur tous les sujets de la vie de notre pays. En date d’aujourd’hui, nous avons mis en place 50 fédérations, 157 sections et 1688 conseils de base dans la ville de Conakry, à travers toute la Basse Côte, au Fouta, en Haute Guinée et dans la Région Forestière. Cette structure est  fonctionnelle aujourd’hui.

A l’extérieur du pays, le Bloc Libéral a des fédérations, actives  ou en émergence. Sur le Continent Européen, nous avons des structures  en Allemagne,  en Belgique, en France,  en Hollande, en Italie et  en Russie. Sur le Continent Américain, le BL a des structures  aux Etats-Unis d’Amérique et au Canada. Sur le Continent africain, le BL a des structures en Angola,  en Afrique du Sud en Côte d’Ivoire en Gambie, au Liberia, au Maroc, au Mali,  au Sénégal et en Sierra Leone. En Asie et en Australie, le BL a des représentants en Chine, en Malaisie, au Japon et dans plusieurs villes de l’Australie.

Durant les quatre années  de son existence, le BL a été présent sur tous les terrains, parfois seul contre tous, mais nous avons résisté grâce à la profondeur de nos convictions. Nous avons publié 41 déclarations couvrant tous les domaines de la vie de notre pays : justice et droits de l’homme, environnement, éducation – santé et services sociaux de base, hygiène publique, défense et sécurité,  gouvernance, questions du genre, pauvreté et chômage, etc.  Nous avons souvent fait accompagner nos critiques, certes acerbes, mais objectives, des propositions de solutions : couplage de toutes les élections à la fois,  construction d’un état civil pour le pays, organisation d’une conférence nationale, établissement de la vérité et de la justice et réconciliation nationale, états généraux de l’opposition, propositions d’ordre conjoncturel et structurel pour juguler la crise économique et financière, etc. Quoiqu’ignorées par certains acteurs politiques de notre pays, ces propositions sont pertinentes. Le peuple de Guinée l’a reconnu à l’occasion de notre première participation à une élection nationale, en nous classant 4e sur 8 candidats à l’issue de la présidentielle de 2015. Le Bloc Libéral a bénéficié d’une reconnaissance internationale à travers l’invitation de son leader, en décembre 2016, par l’Institut Républicain Internationale pour partager son expérience avec les jeunes de la société civile et des partis politiques du Niger.  Le peuple de Guinée a, une fois de plus, reconnu la noblesse du combat du BL à l’occasion d’un sondage de JOSEPROD (maison de production), en collaboration avec la RTG et l’institut de sondage d’opinion de Guinée, en désignant le Président du BL comme la première personnalité politique de l’année 2016.  C’est une manière d’encourager les militants, sympathisants et responsables du parti dans la voie que nous avons choisie.

Pour mieux participer à la vie politique et sociale de notre pays et surtout pour atteindre ses nobles objectifs, le Bloc Libéral a noué et continue de nouer des relations solides fondées sur l’honnêteté, la sincérité, la transparence et le respect mutuel. Le parti a aujourd’hui de solides relations avec plusieurs partis politiques, tel que la Coalition politique pour la rupture (CPR). Il a aussi de solides relations avec les organisations de la société civile à travers le Front National pour la Défense des droits des Citoyens. C’est le lieu de remercier les leaders, les militants ou membres de ces partis ou organisations de la société civile pour leur partenariat dans les efforts du BL pour l’avènement de la démocratie, de la justice, de la solidarité et de l’état de droit en Guinée.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Une des forces du Bloc Libéral réside dans la profondeur de ses convictions, la clairvoyance de sa vision et dans sa capacité de se mettre dans l’esprit et le cœur du peuple de Guinée. Dans notre combat, nous avons choisi de nous mettre du côté des valeurs et des principes plutôt que du côté des ethnies ou des régions ; nous avons aussi choisi de nous mettre du coté  du mérite et de la compétence plutôt que du côté de copinage et de la médiocrité. Par les temps qui courent, c’est la voie la plus difficile à emprunter, mais elle est la plus noble et la seule qui puisse nous permettre d’inculquer à la jeunesse et au peuple de Guinée les valeurs républicaines pour créer une nation juste et prospère sur l’étendue de notre pays.

Nous avons choisi de protéger les droits de nos compatriotes au lieu de les négocier à l’image du débat en cours sur le mode de désignation des chefs de quartier et de district. Cela nous a valu parfois le qualificatif de radicaux. Nous avons ignoré et nous continuerons d’ignorer ces qualificatifs, et nous avons raisons. Après tout, Nelson Mandela (paix à son âme) et l’ANC n’ont-ils pas été qualifiés de terroristes durant les moments les plus difficiles de leur lutte contre l’Apartheid en Afrique du Sud ?

La lutte que nous menons n’est pas différente de celle qu’ont mené Nelson Mandela et ses compatriotes ; de celle qu’a mener Martin Luther King et le peuple américain ; de celle menée par Mahatma Gandhi et le peuple indien, etc. C’est l’occasion de témoigner notre compassion aux familles de nos compatriotes tués, violées, torturés, privés de leur liberté tout au long de l’histoire de notre pays. Que ces familles trouvent ici nos encouragements. Que ces familles ne se sentent jamais abandonnées. Que Dieu reçoive l’âme de nos martyrs.

Aujourd’hui, dans notre pays, selon les principes directeurs de la gouvernance actuelle, il y a deux classes dichotomiques de citoyens : ceux qui sont au-dessus des lois et ceux qui sont en dessous des lois. Les uns font ce qu’ils veulent an marge des lois et les autres ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent même en conformité avec les lois. Cet état de fait a injustement endeuillé et continue d’endeuiller plusieurs de nos compatriotes. Que  ces familles ne se sentent jamais abandonnées, que la mémoire de nos disparus ne soit jamais trahie car nous devons continuer avec courage et détermination à  lutter pour la justice et l’égalité, et à affirmer haut et fort la nécessité sacrosainte à protéger et préserver la dignité humaine et les droits civiques. Avec la contribution remarquable de notre commission en charge des droits humains, le parti à proposé à la conscience nationale la construction d’un centre de mémoire pour les victimes des répressions politiques.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Dans le combat que mène le Bloc Libéral, les personnalités que nous avons  citées ci-dessus nous ont inspiré et nous inspirent. Avec Martin Luther King, nous disons qu’une injustice commise quelque part sur le plus petit coin de la Guinée est une menace pour la justice partout en Guinée. Comme l’a conseillé Mahatma Gandhi, les militants et les sympathisants du Bloc Libéral veulent incarner la rupture qu’ils ambitionnent dans notre pays ; la rupture d’avec la division, l’ethnocentrisme, le régionalisme, la mal gouvernance, les injustices, l’insécurité, les inégalités, la pauvreté, etc. Comme Nelson Mandela, nous croyons au BL qu’aucun de nous, agissant seul, ne peut atteindre le succès. Et comme le Président Obama l’a dit, nous sommes dans le même bateau qui s’appelle la Guinée. Nous sommes plus forts lorsque nous prenons soin les uns des autres. Les militants et les sympathisants du Bloc Libéral sont profondément habités par le désir de donner un sens à la devise de notre pays : « Travail – Justice – Solidarité ». Oui, le travail pour tout le monde, mais particulièrement pour les jeunes, la justice et la solidarité pour tous.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Au nom de tous les militants et sympathisants du Bloc Libéral, je lance un appel à l’ensemble des partis politiques qui travaillent à la construction d’une alternative à la gouvernance actuelle de s’unir dans la confiance mutuelle, l’honnêteté, la sincérité, la transparence et le respect mutuel. Les défis qui nous attendent dans un proche avenir nous le recommandent. Nous n’avons pas besoin d’être tous membres d’une même plateforme politique, mais nous sommes obligés de travailler ensemble pour créer la synergie afin d’atteindre nos objectifs. Pour empêcher, par exemple, la modification des dispositions constitutionnelles relatives à la levée de la limite de deux mandats, qu’envisagent les thuriféraires du régime actuel afin de permettre à Monsieur Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Cette unité sera autant indispensable qu’un partenariat avec les organisations de la société civile guinéenne, que nous devons apprendre à respecter.

C’est pour ces raisons que je déplore les dérives anti-démocratiques et anti-Etat de droits en cours actuellement dans les rangs de l’opposition guinéenne. L’opposition guinéenne doit se ressaisir et se reconnecter avec les valeurs dont elle se réclame, sinon elle est en train de se tourner au ridicule.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Dans les mois et les années qui vont suivre, le Bloc Libéral compte :

  • poursuivre la formation de ses militantes et militants sur la culture de la citoyenneté, sur les droits et les libertés ainsi que sur la vie du parti ;
  • poursuivre des activités d’implantation en vue de couvrir l’ensemble des 304 sous-préfectures et des 3763 quartiers et districts du pays ;
  • promouvoir la paix et l’unité nationale en réitérant la proposition d’un cadre cohérent et concret d’établissement de la vérité et de la justice en vue d’une réconciliation nationale ;
  • lutter contre l’impunité et les violations répétées de la Constitution et des lois de la République par les gouvernements ;
  • empêcher, par tous les moyens légaux, la modification des dispositions constitutionnelles relatives à la limitation de mandats;
  • sensibiliser les Guinéens, notamment les jeunes, sur les méfaits de l’ethnocentrisme, le régionalisme et sur l’exclusion sociale ;
  • travailler en synergie avec d’autres plateformes politiques et sociales pour éviter que la recommandation numéro deux des accords du 12 octobre, 2016 ne deviennent loi, et réclamer la tenue, dans les meilleurs délais et de façon couplée, des élections communales et des conseils de quartier et de district ;
  • dénoncer et combattre toutes les actions de nature à causer la dégradation de l’environnement, à l’occurrence l’exploitation autorisée des forets classées de Ziama et de Diécké et la pollution sur les sites d’exploitation minière ;
  • travailler à doter le pays d’une CENI technique, compétente, et d’un fichier électoral propre et fiable ;
  • participer aux élections locales, législatives et présidentielles prochaines, etc.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Je ne saurais terminer cette intervention sans remercier toutes ces personnes, nombreuses, qui soutiennent dans l’anonymat, la poursuite du rêve d’une Guinée libre, juste et prospère, à travers leurs aides matérielles et financières et leurs précieux conseils. Je voudrais également et de nouveau remercier chacun de vous, au nom des militants et sympathisants du BL, d’avoir rehaussé de votre présence cette cérémonie, qui marque le quatrième anniversaire de la légalisation du Bloc Libéral. Je voudrais souhaiter que Dieu guide les Guinéens vers un avenir de paix, de compréhension mutuelle, de justice, de vérité, de liberté, d’égalité et de prospérité. Joyeux anniversaire à tous les militants et sympathisants du Bloc Libéral !

Vive la paix et l’unité nationale !

Vive la démocratie et l’Etat de droit !

Vive le Bloc Liberal !

Je vous remercie pour votre attention.