DECLARATION No 47 DU BLOC LIBERAL « Il ne faut pas oublier que religieux n’est pas plus synonyme de saint que soldat ne l’est de héros» Pierre Reverdy

DECLARATION No 47 DU BLOC LIBERAL

« Il ne faut pas oublier que religieux n’est pas plus synonyme de saint que soldat ne l’est de héros» Pierre Reverdy

Le Bloc Libéral (BL) a appris avec consternation la nouvelle de l’attaque perpétrée par les terroristes contre un contingent guinéen, basée à Kidal, au Mali. Ces braves militaires, qui font partie de la mission de maintien de paix au Mali, travaillent dans le cadre de la MINUSMA. Pour rappel, cette institution a été établie par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, en sa résolution 2100, du 25 avril 2013.

Cette attaque de la part des rebelles a causé (1) la mort du Capitaine Pépé Têoro, du Sous-lieutenant  Soua Bonamou, et de l’Adjudant-chef Ibrahima Soumah ; elle a aussi résulté en la blessure de trois Adjudants-Chefs: Ouo-Ouo Kolié, Alpha Oumar Diallo et Thierno Amadou Bah, tous  du Camp Kêmêbouremah (Kindia) ; l’adjudant-chef Alsény Yarie Conté est, quant à lui, porté disparu.

Le BL présente ses condoléances aux familles des victimes, au Ministère de la Défense Nationale, et à l’armée Guinéenne. Le parti se joint au peuple de Guinée dans sa prière afin que les blessés recouvrent rapidement leur santé et que le militaire porté disparu soit retrouvé sain et sauf.

Toutefois, bien que nous  déplorions cet incident grave, il reste à retenir que les militaires tombés au cours de cette ignoble attaque sont morts pour une cause noble : le maintien de la paix au Mali, face à la horde de terroristes sans foi ni lois qui veulent créer le chaos dans ce pays. Ils sont donc morts dans la grandeur sociale. Leurs noms seront à jamais inscrits dans les glorieuses pages de l’histoire de la lutte contre le terrorisme.

Le terrorisme est la peste de notre temps ;  il est la cause de l’instabilité actuelle qui menace la République du Mali et les pays limitrophes, comme la Guinée. Cette dynamique de terrorisme a déjà des effets négatifs sur le social et l’économie du Mali et, par ricochet, sur la sous-région ouest-africaine et tous les pays épris de paix, qui sont en quête de stabilité multidimensionnelle. C’est pourquoi, le BL demande à toutes personnes de bonne volonté de se joindre au concert des nations qui luttent contre ce vil fléau. La victoire contre ces anarchistes est certaine.

Le BL se fond et se confond avec le PEUPLE historique de Guinée ; le parti partage, en tout temps et tout lieu, les affres socioéconomiques et politiques de ce PEUPLE. Le parti œuvre inlassablement pour l’amorce de grands destins pour ce grand peuple qui dispose de grandes ressources.

Fait à Conakry, le 10 juin 2017

Le Bloc Libéral

 

/ In Déclarations / By Bah Mamoudou Maz / Comments Off on DECLARATION No 47 DU BLOC LIBERAL « Il ne faut pas oublier que religieux n’est pas plus synonyme de saint que soldat ne l’est de héros» Pierre Reverdy

DECLARATION No 46 DU BLOC LIBERAL “Si une partie seulement de la société profite de certaines richesses, une déprédation de l’environnement – une marée noire ou un nuage toxique radioactif – frappe toutes les classes sociales et traverse les frontières.” Ulrich Beck

DECLARATION No 46 DU BLOC LIBERAL

“Si une partie seulement de la société profite de certaines richesses, une déprédation de l’environnement – une marée noire ou un nuage toxique radioactif – frappe toutes les classes sociales et traverse les frontières.” Ulrich Beck

La célébration de l’édition 2017 de la journée mondiale de l’environnement s’inscrit dans un contexte particulièrement difficile et désastreux pour la Guinée. En effet, nous assistons de plus à une accélération de la dégradation de l’environnement dans notre pays. Cette réalité à pour conséquence l’altération de la qualité de vie et la santé des populations. Et surtout le dérèglement du fonctionnement naturel des écosystèmes.

Plusieurs facteurs sont à l’ origine de la dégradation continue de l’environnement en République de Guinée. Ce sont :

  1. L’exploitation anarchique des forets par des sociétés comme Foret Forte et par des centaines de particuliers pour le bois de meubles et de construction, le tout sous l’œil complice des agents en charge de la protection des forets ;
  2. Les autorisations irresponsables d’exploitation des forets qui n’épargnent aucune forêt classée. C’est le cas des forêts classées de Ziama dans la Préfecture de Macenta et de Diécké dans la Préfecture de Yomou. La forêt de Ziama par exemple a été érigée en forêt classée depuis 1932. Depuis 1980, l’UNESCO l’a conféré le statut de patrimoine mondial de l’humanité. En 1981, elle a été déclarée comme la réserve de la biosphère universelle. Selon les scientifiques, elle abrite 1300 espèces végétales et 547 espèces animales);
  3. L’absence de reboisement malgré la perception des taxes y afférentes payées par les exploitants forestiers par les différentes autorités de l’Etat;
  4. La dépendance des populations du charbon du bois comme source quasi unique d’énergie pour les foyers guinéens;
  5. La pratique de L’agriculture extensive avec ses multiples conséquences (les feux de brousse, l’érosion, etc.)
  6. L’allumage des feux de brousse pour des fins de chasse et par d’autres acteurs malintentionnés;
  7. L’exploitation anarchique des mines sans égard aux exigences de protection de l’environnement;
  8. L’absence de désintoxication et de reconstruction du relief des terres après l’exploitation minière;
  9. Le manque de gestion adéquate des ordures et des déchets produits dans les centres urbains et semi-urbains, particulièrement dans la ville de Conakry.

Compte tenu de cette situation alarmante, le Bloc Libéral profite de cette célébration de la journée mondiale de l’environnement pour exhorter le gouvernement guinéen à prendre les mesures suivantes :

  • Vulgariser et faire respecter le « Code de l’Environnement » ;
  • Mener des campagnes de sensibilisations pour inciter les populations à reboiser et à assainir leur environnement ;
  • Accroitre la présences des agents des eaux et forêt dans les zones potentiellement menacées ;
  • Elaborer une politique de développement qui tienne compte de la protection de l’environnement ;

Enfin, le Bloc Libéral saisit cette occasion pour inviter les populations Guinéennes à faire preuve de civisme en mettant la protection de l’environnement au cœur de leurs préoccupations.

Fait à Conakry, le 5 juin 2017

Le Bloc Libéral

/ In Déclarations / By blyeswecan / Comments Off on DECLARATION No 46 DU BLOC LIBERAL “Si une partie seulement de la société profite de certaines richesses, une déprédation de l’environnement – une marée noire ou un nuage toxique radioactif – frappe toutes les classes sociales et traverse les frontières.” Ulrich Beck

DECLARATION No 45 DU BLOC LIBERAL «Il n’y a pas d’ordre sans justice ; et l’ordre idéal des peuples réside dans le bonheur» Albert Camus

DECLARATION No 45 DU BLOC LIBERAL
«Il n’y a pas d’ordre sans justice ; et l’ordre idéal des peuples réside dans le bonheur» Albert Camus
C’est avec une grande joie que le Bloc Libéral vient d’apprendre la décision de justice condamnant, à Guéckédou, 14 personnes coupables d’extorsion de dizaines de millions de francs guinéens, de confiscation de centaines de kilogrammes de colas et de violence exercée sur des personnes innocentes. En effet, on se rappelle que c’est en février 2017 qu’un recours a été initié par des Guinéens épris de liberté et de justice, sous le leadership du Président du Bloc Libéral, contre les membres d’une association et les autorités préfectorales de Guéckédou, qui ont imposé une réglementation illégale du commerce de colas, en vertu de laquelle des injustices et des abus de pouvoir ont été commis.

Pour rappel, un groupe de personnes se sont constituées en association pour réglementer, en toute illégalité, le commerce de colas à Guéckédou. Soutenu par les autorités préfectorales (le Préfet et le Directeur préfectoral du commerce), le groupe a voté son règlement en dehors des limites des lois de la République de Guinée. C‘est en vertu de ce règlement que le groupe a extorqué des dizaines de millions de francs guinéens avec les pauvres marchandes qui s’approvisionnent en colas à Guéckédou pour les vendre dans les marchés de Conakry. Le même groupe a ensuite confisqué 350 kg de colas avec ces même pauvres femmes. Pire, le 7 février 2017, la veille du marché de Guéckédou, le Préfet, M. Mohamed 5 Keita, a ordonné à la brigade de la gendarmerie mobile, sur la demande de cette association illégale, d’empêcher l’embarquement des colas. Cette intervention, qui s’est rapidement transformée en acte de répression de la part des gendarmes, s’est soldée par sept blessés graves dont deux sont entrés dans le coma. Les cinq autres victimes de cette barbarie des gendarmes ont été, malgré leurs blessures, jetées en prison comme des malfrats.

Face à cet abus de pouvoir et à cette injustice, des Guinéens épris de liberté et de justice ont saisi la justice de paix de Guéckédou. Aujourd’hui une décision est prononcée en faveur des victimes. C’est une grande avancée qui va faire réfléchir et surtout dissuader tous ceux qui abusent quotidiennement des populations innocentes sur l’étendue du territoire national.

Le Bloc Libéral (BL) voudrait saisir cette heureuse occasion pour remercier toutes les personnes de bonnes volontés qui ont soutenu matériellement, financièrement et moralement cette noble cause. Particulièrement, le BL remercie Maitre Michel Labile SONOMOU, qui a pris des risques énormes, pour défendre les victimes, sans exiger de rémunération adéquate.

Le BL réconforte les victimes dans leur peine. Egalement, le Parti félicite et encourage les magistrats à continuer sur la voie de la justice ; elle est l’unique voie qui mènera à la construction d’un Etat de droit dans notre pays.

Fait à Conakry le 31 Mai, 2017
Le BLOC LIBERAL

/ In Déclarations / By blyeswecan / Comments Off on DECLARATION No 45 DU BLOC LIBERAL «Il n’y a pas d’ordre sans justice ; et l’ordre idéal des peuples réside dans le bonheur» Albert Camus

Cérémonie d’Anniversaire du Bloc Libéral de Guinée Fédération de France

Cérémonie d’Anniversaire du Bloc Libéral de Guinée Fédération de France Samedi, le 18 février 2016 – 13h à 15h Discours du Président du Bloc Libéral de Fédération de France

Mesdames et Messieurs les Militant(e)s du Bloc Libéral/ France Jeunes, Femmes et Sages du BL, Cher(e)s ami(e)s du BL Madame la Présidente du PEG – Invitée d’honneur du Parti Monsieur le Représentant de l’UFR de Guinée Mesdames et Messieurs les Représentants de l’UFDG, Chers partenaires de l’Opposition Républicaine de Guinée Mesdames/Messieurs les sympathisant(e)s du Bloc Libéral/France Cher(e)s invité(e)s

En cette occasion solennelle de commémoration de l’anniversaire du BL de Guinée, l’honneur me choit de réitérer nos idéaux et l’engagement qui est le notre pour la prospérité de la nation Guinéenne. Onze février 2013, et 11 février 2017 passé, il y a de cela quatre (04) ans que les idéologues de notre jeune parti ont fondé le Bloc Libéral pour apporter leur pierre angulaire à l’édifice national qui est la GUINEE.

Appartient à ce groupe, notre cher dévoué et le combattant des causes justes. Je veux nommer le Dr Faya Lansana Millimono, Président du BL-Guinée. Entendez par BL, le parti de toutes les sensibilités sociales, ethniques, intellectuelles et politiques de la Guinée. Je préfère vous faire l’économie du forceps qui a marqué la légalisation du BL au ministère de l’intérieur jadis. Sans vouloir se bloquer dans une logique passéiste, retenons que les inspirations du Bloc Libéral viennent des grands hommes qui ont marqué le XX siècle, notamment le Désiré Nelson Mandela, le charismatique Mahatma Gandhi et le PASTEUR Martin Luther King. Ces immortels dont la ténacité, le caractère trempé et la vision se sont inscrits en lettre d’OR dans panthéon de l’histoire contemporaine ont permis de vaincre le régime ségrégationniste et barbare de Pretoria en Afrique du Sud, de rétablir la justice dans un monde noyé dans le désespoir en Inde , et d’abolir la ségrégation raciale dans une Amérique archaïque. Ils ont réussi ces combats grâce à la force d’un patriotisme chevronné et une détermination sans faille ni ambages. En campant leur histoire, j’envoie un message fort à ces politiciens philanthropes qui pensent que l’engagement et les actions du Bloc Libéral de Guinée ne seront qu’éphémères. Loin de là, notre parti va impacter positivement les changements qui jalonneront la vie politique de notre Guinée durant ce 2 XXIe siècle pour les deux prochaines générations et pourquoi pas celles d’après. Ces changements annoncés par le Bloc Libéral, ne se construiront pas dans le chaos, aucunement pas, mais promettront un bouleversement des codes politiques guinéens. Ces changements, le BL les portera tant que les conditions ne seront pas créées pour que les jeunes Guinéens se préservent d’aller mourir dans les eaux froides de la méditerranée ou dans le désert de Kalahari; tant que les décès évitables (pour des grossesses normales, des enfants de moins de 5 ans ou un simple des diabétiques déséquilibrés) ne cesseront pas de remplir les morgues des Hôpitaux de Guinée, faute de soins adéquats, sous prétexte que c’est la volonté de Dieu. Contre la fatalité non justifiée, le BL accompagnera ses changements indispensables au développement de la Guinée ou à la mise en place des prés requis favorable à celui-ci. Le BL restera debout tant que ne disparaitront pas les immondices et les montagnes d’ordures qui se sont donnés RDV sur l’autoroute de Madina, et dans les carrefours de Kenien, Wanindara, ENTA ou Kissosso, et j’en passe. Je vous promets que le BL ne pêchera pas par l’inaction ; il cherchera continuellement les moyens et la voie pour vaincre l’insalubrité qui cohabite avec les ministères et les palais de la présidence, se bâtera tant que les routes de la capitales jonchées de trous d’éléphants ne seront pas polis pour faciliter le transport entre Conakry et les autres grandes villes (Coyah, Kindia, Mamou, Dabola, Faranah, Kouroussa, Tougué et Labé). Aujourd’hui mieux vaut s’exposer à un combat avec Mike TYSON que de parcourir ces routes au risque d’en sortir avec des courbatures et des contusions de toute nature. Pourtant des milliards de Francs Guinéens sont affectés et engloutis dans le Fonds D’Entretiens Routiers. Le bloc libéral reste dresser comme un lion (fort des jeunes et des femmes de Guinée) contre tous les hommes politiques véreux et les mafieux qui sont en train de s’accaparer de nos ressources et de la liberté d’expression en Guinée, de confisquer le droit de vote de la population à la base, de lyncher ou d’étouffer toute initiative qui apporterai lumière, autosuffisance et espoir au sein de la population Guinéenne. Le BL, grâce à ses membres enracinés à travers le monde, ses Sherpas convaincus dans les milieux influents (pays développés comme émergents), résistera pour insuffler de l’espoir perdu ; sachez qu’il a déjà ensemencé les graines d’une nouvelle ère politique pour une nouvelle gouvernance en Guinée dont 3 l’émergence ne va plus tarder à diffuser comme un souffle de Dieux vivant. Le BL souhaite montrer l’exemple d’un parti Etat digne de nom, qui inspire confiance pour l’éclosion de toutes les potentialités de la Guinée, à chaque instant, dans tous les domaines et en toute circonstance. Le BL s’implique dans l’éducation et la capacitation des populations à la base au sommet, sans lesquelles toute action démocratique revêtira un caractère dictatorial face à des interlocuteurs aveugles (ça s’appelle de l’EMPOWERMENT). Au niveau Européen, la Fédération du BL France, travaille en toute sérénité avec celui de la Belgique et de Genève. Nos dépenses maintiennent l’équilibre budgétaire. A ce titre, j’invite tous les membres du parti à s’acquitter de leur cotisation mensuelle dès aujourd’hui. Les membres organisent ou participent aux manifestations et revendications en faveur des pouvoirs confisqués dans d’autres parties de l’Afrique (Gabon, Gambie), contre des élections truquées dans certains pays, dénoncent les exactions contre les droits de l’homme et les coups de force politique envers un Chef d’Etat démocratiquement élu (Turquie). Ils participent aux forums et débats politiques sur la Guinée (à travers les masses médias). Le Bureau pourrait entamer bientôt des actions humanitaires en faveur des enfants de Guinée en collaboration avec d’autres ONG (Semeurs de joie, ANNIG, UNICEF…), le renforcement du lien avec les autres partis de l’OR et continue sont extension dans la France profonde. Le BL a de plus en plus d’audience dans les milieux politiques en France. Cette cérémonie en est une preuve… Au niveau national, le BL, ne fuit jamais ses responsabilités, il dénonce ce qu’il faut et reconnait les mérites visibles. Comme vous le savez les évènements récents en Guinée ont donné raison à qui de droit. Notre leader a été le 1er à s’opposer à l’article 2 de la fameuse concertation des leaders politiques que Mr Alpha Condé et son cousin Mr Boureima Condé ont voulu imposé de faon machiavélique aux Guinéens. Contre vent et marré, il a tenu bon et a fini par être reconnu comme l’homme politique de l’année 2016 à cause de ses idées, son audace et surtout son endurance en faveur du droit fondamental des populations à la base. 4 Ces preuves démontrent à suffisance que le BL n’est pas un parti du clientélisme, des fanfarons ou un parti de second rang. Le BL est aujourd’hui un parti sûr, pur et dur, qui compte deux fois plus dans l’échiquier politique guinéen. Son principe est celui de la vérité et de la sincérité. Il fait rêver et est porteur d’espoir. Le BL insufflera le progrès et la prospérité en Guinée à travers les changements de mentalités des leaders, puis du reste de la population toute entière ; le changement à travers le renforcement des institutions démocratiques et judiciaires fortes et impartiales. La magie altruiste de cette rupture s’accomplira surtout par l’affichage des leaders, en incitant les uns et les autres à promouvoir un comportement digne d’un dirigent. C’est un NEW deal qui consiste à bannir le clivage ethnique, à lutter contre l’ethno stratégie, à combattre le détournement des deniers publics à des fins personnelles pour les investir au Sénégal, en Gambie en Angola ou en Guinée Equatoriale, à favoriser le besoin de la population au détriment de la satisfaction personnelle du dessous du nombril des chefs, alors que le peuple croupit sous la précarité et la galère du quotidien difficile. Il consiste à reconnaissance des talents et la promotion des compétences et des expertises locales et enfin il aidera le BL à être ROI ou faiseur de ROI en 2020. Parce qu’il faut que l’alternance politique se fasse en Guinée. En tout cas, le BL s’opposera farouchement à toute idée d’un troisième mandat contraire à la constitution guinéenne. Celles et ceux qui voudront le vérifier à leur dépend, n’ont qu’à continuer à encourager Mr Alpha Condé, actuelle Président de la Guinée, à briguer un troisième Mandat. Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, comme vous le comprenez, il y a de l’espoir. C’est pour incarner cet espoir qui est cher aux guinéens que le BL-Guinée est prêt à tout dans la concorde et la contradiction la plus profonde, s’il faut défendre les droits fondamentaux des Guinéen(ne)s. Les archives les plus contradictoires ne s’accordent-elles pas à prouver que les guinéennes ne doivent pas demander le mieux vivre ailleurs. Après 60 ans de souveraineté, la Guinée continue à tout demander à l’étranger (Riz, sucre, fruit, lait, Balai ect). Réveillons-nous fils & filles de Guinée et agissons. Mais le guinéen s’est habitué à laisser les gens prendre des initiatives à leur place, sans réagir, ni rien faire, lorsque ceci se casse la gueule, c’est en ce moment qu’ils apparaissent pour dire, ça je savais. C’est aussi le guinéen. 5 Le célèbre Président Américain, John Fiel Gerald Kennedy nous enseigne ceci « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais posez vous la question de savoir ce que vous pourrez apporter à votre nation». Cette responsabilité nous incombe tous de transformer positivement notre destin commun. Pour traduire cet élan en pratique, voici retracer quelques perspectives que se fixe le Bloc libéral de Guinée: • Poursuivre l’implantation du parti qui se trouve présent dans les 304 sous-préfectures et 3763 quartiers et districts de la Guinée ; Dans trois communes sur 5 de la capitale et de nombreuses fédérations actives dans les pays étrangers. • Travailler en synergie avec d’autres plateformes politiques et sociales pour éviter que la recommandation numéro deux des accords du 12/octobre/2016 ne deviennent une loi, et réclamer la tenue, dans les meilleurs délais et de façon couplée, des élections communales et les conseils de quartier et de district • participer aux prochaines élections locales, législatives et présidentielles. Cher(e)s Militant(e)s, cher(e)s sympathisant(e)s, Aimables invités. Un jour, un groupe d’Américain m’a interpellé à l’USAID-Guinée par ces mots : «Dr CISSE, apprenez que personne ne viendra d’ailleurs pour développer la Guinée à la place des Guinéen(ne)s, c’est aux seuls guinéens que revient le droit et l’ambition de développer leur propre Pays». A bon entendeur salut! A mauvais entendeur, allez savoir. Notre pays doit profiter des opportunités offertes à chaque guinéen (l’inverse d’ailleurs est commutative en disant) et par chaque Guinéen pour construire une nation forte, juste et équitable au bénéfice de tou(te)s les Guinéen(ne)s. Ce principe est avant tout une règle de bon sens en vue du progrès, la démocratie et la prospérité de notre chère nation. Joyeux anniversaire au BL. Vive la Guinée. Je vous remercie d’avoir partagé ce moment avec nous. Fait à Paris, le 18/02/2017 Pour le Bloc Libéral de Guinée Le Président de la Fédération de France Dr Gouly CISSE

DECLARATION No 42 DU BLOC LIBERAL

DECLARATION No 42 DU BLOC LIBERAL

Au Nom de la Liberté d’Expression et du respect des droits fondamentaux !

Le Bloc Libéral (BL) dénonce, sans appel, l’arrestation de l’artiste Elie Kamano par les gendarmes du PM2, sise dans la commune de Matoto, Conakry, ainsi que l’arrestation et l’assassinat des citoyens sans défense, ce jour lundi, 20 février, 2017. Il est évident que la détention d’Elie Kamano n’ait pas été prise par les gendarmes ; elle a été ordonnée par des autorités politiques de notre pays. Le BL exige l’abandon de toute poursuite judiciaire contre Elie Kamano et la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes arrêtées, ce lundi 20 février 2017, au nom de la liberté d’expression et du respect des droits fondamentaux. Le BL exige également l’ouverture d’une enquête judiciaire immédiatement pour identifier les auteurs des assassinats.

Le Bloc Libéral (BL) témoigne sa solidarité à Elie Kamano, à toutes les personnes arrêtées ce lundi 20 février 2017 et leurs familles, présente ses condoléances les plus attristées aux familles des personnes assassinées et au peuple de Guinée, et prie pour le repos de l’âme des compatriotes assassinés. 

Indéniablement, l’incarcération d’Elie Kamano au PM2 est une mesure politicienne parce qu’elle  vise à  intimider le peuple de Guinée – afin de le dissuader d’exiger une éducation de qualité pour les élèves et étudiants guinéens. Toujours dans l’optique politicienne, cette manœuvre est conçue pour détourner l’attention du public Guinéen de la grave crise de l’enseignement, qui perdure depuis l’accession de Monsieur Alpha Conde à la magistrature suprême.  Aussi, c’est un acte qui va en contre-sens de l’esprit de la démocratie qui repose, entre-autres, sur  la liberté d’expression des citoyens. Ce comportement des autorités révèle leur pratique de démocratie de façade, caractérisée par le dysfonctionnement des institutions, la violation répétée des droits et libertés fondamentaux, l’impunité totale face aux crimes économiques et de sang. L’utilisation systématique et excessive de la force publique, pour réprimer des citoyens qui ne font qu’exercer leurs droits, démontre la nature du régime d’Alpha CONDE.

En fait, un régime démocratique pratique une politique consensuelle qui se traduit en actes unificateurs des citoyens. Un tel  régime accepte les critiques des citoyens. Paradoxalement, un régime qui tend vers la dictature fait recours au musellement des citoyens tout en exerçant sur eux une force centripète qui les disperse et dissipe leur énergie. C’est pourquoi,  Monsieur Alpha Condé, dont les arguments sont incompréhensibles et injustifiables, fait recours à la force pour gérer la crise de l’enseignement en Guinée. Un régime dictatorial, comme celui de Monsieur Alpha Condé, qui se sert du peuple au lieu de le servir, est toujours en désaccord  avec les citoyens.

L’arrestation d’Elie Kamano, fait de lui  le symbole des millions de Guinéens sans-voix face au régime incompétent et corrompu d’Alpha Condé. Comme un proverbe Chinois le dit, « Le pourrissement du poisson commence toujours par sa tête ». La décadence de notre pays est due à la carence de leadership dont il n’existe aucune vision positive de l’histoire et de la sociologie du pays. Cet aveux a été fait maintes fois par Monsieur Alpha Condé : il a publiquement reconnu qu’il ne connait pas les cadres Guinéens ni les Peuples de Guinée. Pire, il ne se soucie pas de la vie et du bien être des citoyens Guinéens. Les différentes victimes de sa politique n’ont jamais obtenu justice et continuent de vivre dans l’indifférence et la misère totale.

En fait, les multiples grognes des Guinéens et Guinéennes, depuis l’avènement du régime Alpha Condé établissent de plus en plus que les gouvernants sont désarticulés des gouvernés. Le leadership  ne comprend pas nos profondes aspirations pour la justice sociale, le développement socioéconomique et l’institution de l’État de droit en Guinée. C’est pourquoi, les Guinéens progressistes, de toute confession, sans considération ethno-régionaliste ni partisane, doivent se mobiliser pour remettre la Guinée sur les rails du progrès. Notre pays doit aller dans la direction de développement socioéconomique  qu’il mérite, à la dimension de ses richesses naturelles. Elie Kamano et toutes les personnes arrêtées aujourd’hui lundi 20 février 2017 doivent être élargis immédiatement, au nom de la liberté d’expression et les auteurs des massacres traduits devant les tribunaux.

Fait à Conakry le 20 Février, 2017

Le BLOC LIBERAL

Déclaration No 2 de la Coalition des Partis pour la Rupture (CPR)

La Coalition des Partis pour la Rupture (CPR), comme tous les Guinéens, a écouté avec un grand ahurissement, la Note-Communiqué du Gouvernement qui suspend les cours jusqu’à nouvel ordre. Ce communiqué officialise la paralysie qui frappe notre système éducatif depuis le 1er février 2017.

 

La crise actuelle de l’enseignement en Guinée est due à l’incapacité du régime de Monsieur Alpha Condé à régler le problème de la grille salariale des enseignants et son refus d’embaucher les enseignants-contractuels qui, comme on le sait, travaillent d’arrache-pied pour former nos enfants. Il est établi que sans ces contractuels, nombre de nos fils et filles ne pourraient pas étudier à cause de leurs effectifs pléthoriques. Les contractuels sont donc des pièces importantes de notre système éducatif.

 

Cette paralysie, qui frappe tous les ordres d’enseignement, met en cause le devenir des enfants Guinéens et l’avenir du pays. Cet arrêt obligatoire des cours porte largement préjudice sur l’achèvement des programmes scolaires et universitaires car, comme on le devine, ce retard ne sera nullement compensé, malgré les promesses fallacieuses du Porte-parole du Gouvernement. Aussi, l’arrêt des cours entrainera l’échec des milliers d’élèves dans les différents examens à venir. Cette crise que l’éducation traverse est l’une des expressions  prémonitoires du devenir funeste de la Guinée sous le régime incompétent de Monsieur Alpha Condé.

 

En effet, pour mémoire, Adam Smith, dans son ouvrage liminaire « La Richesse des Nations », a cité le capital humain comme l’un des facteurs cardinaux de développement socioéconomique des pays. Cette assertion est devenue autant plus absolue que dans un monde de globalisation, le premier capital des états, comme la Guinée, est—et demeure—la  ressource humaine ; et cette ressource humaine—qui inclut les médecins, les sociologues, les managers, les officiers de tout corps, se forme principalement dans les établissements scolaires et universitaires.

 

La crise de l’enseignement révèle aussi la pratique de l’injustice socioéconomique du régime de Monsieur Alpha Condé. En effet, la plupart des ministres et barons du régime ont leurs enfants en France, au Canada, au Maroc, etc., où ils étudient dans les écoles privées très chères. Tout Guinéen averti  sait que ces PRIVILEGIES du régime financent la formation de leurs progénitures à partir de nos coffres publics, bien au-delà de leurs revenus légaux et légitimes. Cette approche s’inscrit dans le plan machiavélique de diviser la jeunesse de notre pays en groupe de « malformés » pour servir les « bien formés » que seront les enfants de ces barons.

 

La CPR témoigne sa solidarité aux enseignants de Guinée, y compris aux enseignants contractuels, aux élèves et étudiants dont l’avenir est en train d’être bâclé par le régime, et à l’ensemble des parents d’élèves de Guinée. La CPR dénonce l’incompétence des autorités de l’éducation et condamne les mesures inappropriées et criminelles prises par elles.

 

La CPR enjoint le gouvernement de  prendre toutes les dispositions nécessaires pour une reprise immédiate des cours dans nos différents établissements scolaires et universitaires. Aussi, le régime doit cesser son sabotage systématique de l’éducation dans notre pays. En effet, le régime n’alloue que 3% du Produit National Brut (PNB) au secteur de l’Education. Ce montant est le plus faible de la sous-région quant on sait par exemple que le Gouvernement du Sénégal, pays sahélien, alloue 6% de son PNB à l’éducation de ses fils et filles. C’est cela les preuves d’un gouvernement responsable.

 

Au regard de la gravité de la situation, la CPR trouve appropriées les mesures suivantes :

  • Maintenir la valeur du point indiciaire à 1030 GNF, telle qu’obtenue par les luttes syndicales passées ;
  • Tenir compte des avancements déjà accumulés par les fonctionnaires dans la transposition entre les anciennes grilles indiciaires de la Fonction Publique et les nouvelles grilles ;
  • Augmenter les salaires des fonctionnaires conformément aux accords déjà signés ;
  • Reprendre les embauches automatiques des diplômés des institutions de formation des enseignants pour combler rapidement le déficit du système éducatif en personnels enseignants;
  • Engager immédiatement dans la Fonction Publique les enseignants contractuels ayant accumulé deux ans consécutifs de service.

 

La CPR  lance un appel vibrant aux Guinéens épris de justice, désireux de voir la Guinée avancer sur la voie du progrès, afin que tous, sans aucune forme de distinctions, se joignent à elle pour trouver définitivement la solution au mal multidimensionnel que la Guinée connait depuis l’avènement de ce régime au pouvoir. Devant un péril collectif, il faut une dynamique collective pour assurer le salut de tous.

Vive l’Education pour que vive la Guinée !

Fait à Conakry, le 17 février 2017

Pour la CPR, le Coordinateur

Dr. Faya L. Millimouno

Président du Bloc Libéral

KISSIDOUGOU DISCOURS DU 4ème ANNIVERSAIRE

 

 

Monsieur le Maire de Kissidougou

Messieurs les représentants des partis politiques

Messieurs les chefs de quartiers et chef de secteurs présents

Messieurs les membres des bureaux fédéraux du bloc libéral présents

Messieurs les sympathisants du bloc libéral

Messieurs les membres de la presse

Messieurs les membres des sections du parti

Messieurs les représentants  des ONG

Messieurs les représentants des différentes communautés résident à Kissidougou

Mes dames Mesdemoiselles, Messieurs.

Chers invités

C’est pour nous un noble devoir, une joie immense de vous recevoir comme le veut la tradition à notre siège.

Nous nous félicitons de votre présence au 4EME  ANNIVERSAIRE de notre parti pour célébrer l’amitié et l’estime qui unissent les partis politiques plus largement le peuple de guinée. Ce geste d’  hospitalité et de considération féra aujourd’hui  une résonnance particulière dans la cité de Kissidougou.

Le BL que nous fêtons  le 4ème anniversaire a obtenu son agrément le 11 Février 2013 comme parti politique  en guinée.

Au niveau de Kissidougou c’est le 10 MARS 2013 qu’une première réunion fut tenue à Korodou avec 10 membres.

Depuis lors un travail de titan fut engagé.

  EN JANVIER 2014 nous avons reçu la première visite de notre leader DR FAYA L MILLIMOUNO pour valider le conseil fédéral  et les conseils de sections de GBANGBADOU, BARDOU, BEINDOU ET YENDE MILLIMOU.

Actuellement nous avons installé 2 Fédérations, 11 Conseils de sections, 71 conseils de bases au niveau de KISSIDOUGOU ; 1 conseil de section    7conseils de base à KOBIKORO dans FARANAH. Le même travail sera poursuivi jusqu’à la couverture  totale de la préfecture

S’agissant des élections communales beaucoup de listes sont déjà prêtes .Dans le choix des postulants le critère qualité de service à la communauté prime sur l’ancienneté dans le parti, car aujourd’hui la guinée a besoin plus d’hommes d’Etat que d’hommes politiques pour son développement.

Depuis son agrément   Tout ce que le BL a prédit  s’est réalisé il est ainsi devenu le défenseur de la dignité de chaque guinéen et des droits de chaque guinéen à titre d’exemple ;

Le cas du General FACINET TOURE et son commentaire anti républicain sur les peulhs.

Le cas womey

Le cas des prisonniers de l’opposition

Le cas de Kéréma

A l’ élection présidentielle 2015 le Bloc Libéral a occupé la 4ème place

Tout dernièrement  dans le dialogue inter guinéen du 12 OCTOBRE 2016  Dr FAYA  MILLIMOUNO  n’a pas hésité de claquer la porte pour éviter d’avoir négocier les droits et les libertés des guinéens.

Ayant été mainte fois invité par le chef de l’Etat ; cette fois,  après concertation avec le bureau exécutif national du bloc libéral notre leader Dr FAYA MILLIMOUNO  a été finalement reçu par le chef de  l’état  le 9 JANVIER 2017.  Cette rencontre s’inscrit dans les prérogatives du chef de l’Etat d’initier différentes natures de rencontres avec différents acteurs politiques.

Restant dans ce jeu politique l’organe dénommé JOSEPROD. Dans la catégorie de la  personnalité politique de l’année 2016  en guinée a nommé notre leader  Dr  FAYA LANSANA MILLIMOUNO comme première ; Félicitations à nous tous.

De cet fait, le bloc libéral est un parti qui manifeste une volonté ardente de vivre librement, pour imprimer sa marque dans l’histoire de notre pays .par conséquent il doit se détourner de l’affrontement des idéologies incorrectes de certains groupes politiques : pour rechercher un nouveau pragmatisme, en mobilisant ses ressources humaines propres et matérielles qui sont considérables ; et laisser à d’autres la rhétorique ultra partisane et la façon dépassée de faire de la politique.

Messieurs les invités en vous renouvelant nos sentiments de satisfactions dans notre siège ; nous formulons le vœu de voir tous les guinéens se rapprocher encore et pratiquer ensemble une vie démocratique pour le bien être de tous.

Pour terminer mon intervention ; inspirons nous des sages conseils de CARLOS LA FUENTES <<nous ne sommes venus au monde que pour nous connaitre.la terre ne nous est donnée  donc que pour un temps. Vivons donc en paix »

Partageons  ensemble

Vive le peuple de guinée

Vive le BLOC LIBERAL

Ensemble nous irons plus loin

 

 

                                                   Kissidougou Le 11 FEVRIER 2017

 

 

Le conseil  Fédéral  du BL

             Le Président

 

 

 

                                           Dr  Tamba Victor TONGUINO

Discours de Monsieur le Président du BL à l’occasion du 4e anniversaire du parti

Discours de Monsieur le Président du BL à l’occasion du 4e anniversaire du parti.

Distingués invités,

Chers amis de la presse,

Chers militants et sympathisants,

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Merci à tous d’être venus nombreux répondre à l’appel des militants et  sympathisants du Bloc Libéral, qui fêtent, en ce jour 11 février 2017, le 4e anniversaire du Bloc Libéral. Le 11 février est aussi l’anniversaire de la libération de Nelson Mandela, après vingt-sept ans de détention arbitraire par le  régime d’Apartheid alors au pouvoir en Afrique du Sud. Ce système politique de la minorité des Afrikaners, qui y dégradait et opprimait, sans remords historique, sociale et civique, les bantous majoritaires.

A l’occasion de l’anniversaire du Bloc Libéral, qui revêt ainsi une double signification, permettez-moi de souhaiter joyeuse fête à tous les militants et sympathisants du Bloc Libéral.  Aussi, je voudrais formuler une pensée pour le repos de l’âme de Monsieur Nelson Mandela. Je demanderais à l’audience de bien vouloir se lever et d’observer une minute de silence en la mémoire de Monsieur Mandela, mais aussi de toutes les victimes des répressions politiques dans notre pays. II est certain que l’histoire a enregistré Monsieur Mandela comme l’un des plus grands hommes d’Etat de l’ère de la Troisième vague de démocratie en Afrique et dans le monde.

Chers militants et sympathisants,

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Depuis la tenue de notre assemblée constitutive, le 19 septembre 2012, vous avez été nombreux à manifester votre solide attachement au parti. Cela se traduit à travers vos contributions diverses ; certains le font en espèce et d’autres en nature pour faire avancer notre rêve. Je vous dis un grand merci et vous encourage à continuer votre support pour le BL, dans le cadre de contribuer à l’avancée de la démocratie en Guinée. L’une des forces du BL réside dans sa vision inéluctable de rassembler les Guinéens afin de leur offrir des opportunités égales, la  protection et la défense de leurs droits et  libertés. Cette noble vision s’inscrit dans le cadre de la Guinée d’aujourd’hui et de celle de demain.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Le Bloc Libéral a une histoire passionnante dont nous avons toujours le plaisir de rappeler en des pareilles occasions. En effet, le parti dont nous fêtons le quatrième anniversaire aujourd’hui n’est pas né des humeurs incontrôlées ni du silence complaisant et passif d’un individu ; le BL est la résultante d’un long processus d’écoute attentive, de consultations et d’interactions entre les membres fondateurs, d’une part, et les Guinéens de toutes catégories confondues, d’autre part. Ce processus qui a duré longtemps a permis de faire les constats suivants, parmi d’autres :

Premièrement, depuis l’accession de la Guinée à l’indépendance, les conditions socioéconomique de nos peuples vont du mal au pire, et cela est dû aux responsabilités  des différents régimes qui se sont succédés, y compris celui actuellement aux commandes de la destinée des 12 millions de Guinéens.

Deuxièmement,  des institutions ont été créées à l’image des pays modernes qui ont fait leur preuve de bonne gestion publique ; malheureusement, pour des besoins de grandeur personnelle ou d’enrichissement, les chefs d’Etat qui se sont succédés ont toujours ignoré nos lois républicaines, y compris notre constitution qui est le pilier central sur lequel devrait reposer notre philosophie politique.

Troisièmement, ces chefs-d ‘Etat ont tous été des coupables, soit de par leur silence face à l’ethnotisation de la politique dans notre pays, ou par leur instrumentalisation de la dynamique ethno-régionale à des fins de gains politiques personnels. D’où l’incapacité qui a été la leur d’inculquer à la jeunesse, en particulier, et au peuple de Guinée, en général, des valeurs républicaines pour créer une nation fondée sur des institutions fortes. Comme conséquences de cette situation, le pays est caractérisé par la division basée notamment sur l’ethnie et la région. Les violations des droits et libertés sont quotidiennes ; l’insécurité, l’impunité et l’injustice sont monnaies courantes ; la pauvreté et la misère sont croissantes, malgré les immenses potentialités économiques de notre pays. Pire, la vie collective des Guinéens est vécue certes en apparence normalement, mais passivement, sans éveil critique, sans étonnement, sans questionnement. Le pouvoir actuel et ceux d’hier sont passés maitres dans l’art de culpabiliser notre peuple pour peu que celui-ci critique, questionne et manifeste son désaccord face à l’action des dirigeants. De cette manière, le leadership de notre pays paralyse son propre peuple dans la non-pensée ; cela rappelle assez bien le monde de Georges Orwell dans ses romans intitulés « la Ferme des Animaux » et « 1984 ». Dans un tel univers d’oppression et de répression mentale, la jeunesse perd les repères de son avenir.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

De tous les constats effectués par les membres fondateurs du Bloc Libéral, celui porteur d’espoir a retenu le plus d’attention. En effet, nombreux sont les compatriotes, la majorité sans doute, qui sont habités par  un profond désir que les relations entre les Guinéens soient vécues dans la vérité, dans la sincérité, dans la justice et dans la solidarité. Ils manifestent l’aspiration à construire de vraies relations conviviales avec leurs compatriotes sans considération ethnique ou régionale ; à cultiver une stabilité personnelle et une réelle sécurité, qui puissent garantir à leurs familles un avenir serein et heureux.

C’est pour accomplir cet espoir qu’est né le BL à l’occasion d’une assemblée constitutive tenue le 19 septembre 2012. Sa légalisation a nécessité une rude bataille, qui a duré plus de cinq mois. Elle a nécessité une pétition signée par des milliers de Guinéens à travers le monde, un recours à la Cour Suprême et de multiples communications et de plaidoyers auprès des organisations de la société civile, des institutions constitutionnelles de notre pays et des représentants des organisations internationales et des pays amis. C’est le lieu et l’occasion de dire merci à toutes ces personnes éprises de liberté, de justice et d’égalité qui ont soutenu notre combat. Nos remerciements particuliers vont à nos amis de la presse grâce auxquels, parmi d’autres, le BL est effectivement aujourd’hui un parti légal en Guinée.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Ce jour d’anniversaire, est une occasion pour nous de faire un bilan, mais aussi et surtout de nous projeter dans l’avenir. En effet, depuis l’obtention de l’agrément du BL, nous nous sommes mis au travail pour implanter le parti, l’équiper et participer au débat sur tous les sujets de la vie de notre pays. En date d’aujourd’hui, nous avons mis en place 50 fédérations, 157 sections et 1688 conseils de base dans la ville de Conakry, à travers toute la Basse Côte, au Fouta, en Haute Guinée et dans la Région Forestière. Cette structure est  fonctionnelle aujourd’hui.

A l’extérieur du pays, le Bloc Libéral a des fédérations, actives  ou en émergence. Sur le Continent Européen, nous avons des structures  en Allemagne,  en Belgique, en France,  en Hollande, en Italie et  en Russie. Sur le Continent Américain, le BL a des structures  aux Etats-Unis d’Amérique et au Canada. Sur le Continent africain, le BL a des structures en Angola,  en Afrique du Sud en Côte d’Ivoire en Gambie, au Liberia, au Maroc, au Mali,  au Sénégal et en Sierra Leone. En Asie et en Australie, le BL a des représentants en Chine, en Malaisie, au Japon et dans plusieurs villes de l’Australie.

Durant les quatre années  de son existence, le BL a été présent sur tous les terrains, parfois seul contre tous, mais nous avons résisté grâce à la profondeur de nos convictions. Nous avons publié 41 déclarations couvrant tous les domaines de la vie de notre pays : justice et droits de l’homme, environnement, éducation – santé et services sociaux de base, hygiène publique, défense et sécurité,  gouvernance, questions du genre, pauvreté et chômage, etc.  Nous avons souvent fait accompagner nos critiques, certes acerbes, mais objectives, des propositions de solutions : couplage de toutes les élections à la fois,  construction d’un état civil pour le pays, organisation d’une conférence nationale, établissement de la vérité et de la justice et réconciliation nationale, états généraux de l’opposition, propositions d’ordre conjoncturel et structurel pour juguler la crise économique et financière, etc. Quoiqu’ignorées par certains acteurs politiques de notre pays, ces propositions sont pertinentes. Le peuple de Guinée l’a reconnu à l’occasion de notre première participation à une élection nationale, en nous classant 4e sur 8 candidats à l’issue de la présidentielle de 2015. Le Bloc Libéral a bénéficié d’une reconnaissance internationale à travers l’invitation de son leader, en décembre 2016, par l’Institut Républicain Internationale pour partager son expérience avec les jeunes de la société civile et des partis politiques du Niger.  Le peuple de Guinée a, une fois de plus, reconnu la noblesse du combat du BL à l’occasion d’un sondage de JOSEPROD (maison de production), en collaboration avec la RTG et l’institut de sondage d’opinion de Guinée, en désignant le Président du BL comme la première personnalité politique de l’année 2016.  C’est une manière d’encourager les militants, sympathisants et responsables du parti dans la voie que nous avons choisie.

Pour mieux participer à la vie politique et sociale de notre pays et surtout pour atteindre ses nobles objectifs, le Bloc Libéral a noué et continue de nouer des relations solides fondées sur l’honnêteté, la sincérité, la transparence et le respect mutuel. Le parti a aujourd’hui de solides relations avec plusieurs partis politiques, tel que la Coalition politique pour la rupture (CPR). Il a aussi de solides relations avec les organisations de la société civile à travers le Front National pour la Défense des droits des Citoyens. C’est le lieu de remercier les leaders, les militants ou membres de ces partis ou organisations de la société civile pour leur partenariat dans les efforts du BL pour l’avènement de la démocratie, de la justice, de la solidarité et de l’état de droit en Guinée.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Une des forces du Bloc Libéral réside dans la profondeur de ses convictions, la clairvoyance de sa vision et dans sa capacité de se mettre dans l’esprit et le cœur du peuple de Guinée. Dans notre combat, nous avons choisi de nous mettre du côté des valeurs et des principes plutôt que du côté des ethnies ou des régions ; nous avons aussi choisi de nous mettre du coté  du mérite et de la compétence plutôt que du côté de copinage et de la médiocrité. Par les temps qui courent, c’est la voie la plus difficile à emprunter, mais elle est la plus noble et la seule qui puisse nous permettre d’inculquer à la jeunesse et au peuple de Guinée les valeurs républicaines pour créer une nation juste et prospère sur l’étendue de notre pays.

Nous avons choisi de protéger les droits de nos compatriotes au lieu de les négocier à l’image du débat en cours sur le mode de désignation des chefs de quartier et de district. Cela nous a valu parfois le qualificatif de radicaux. Nous avons ignoré et nous continuerons d’ignorer ces qualificatifs, et nous avons raisons. Après tout, Nelson Mandela (paix à son âme) et l’ANC n’ont-ils pas été qualifiés de terroristes durant les moments les plus difficiles de leur lutte contre l’Apartheid en Afrique du Sud ?

La lutte que nous menons n’est pas différente de celle qu’ont mené Nelson Mandela et ses compatriotes ; de celle qu’a mener Martin Luther King et le peuple américain ; de celle menée par Mahatma Gandhi et le peuple indien, etc. C’est l’occasion de témoigner notre compassion aux familles de nos compatriotes tués, violées, torturés, privés de leur liberté tout au long de l’histoire de notre pays. Que ces familles trouvent ici nos encouragements. Que ces familles ne se sentent jamais abandonnées. Que Dieu reçoive l’âme de nos martyrs.

Aujourd’hui, dans notre pays, selon les principes directeurs de la gouvernance actuelle, il y a deux classes dichotomiques de citoyens : ceux qui sont au-dessus des lois et ceux qui sont en dessous des lois. Les uns font ce qu’ils veulent an marge des lois et les autres ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent même en conformité avec les lois. Cet état de fait a injustement endeuillé et continue d’endeuiller plusieurs de nos compatriotes. Que  ces familles ne se sentent jamais abandonnées, que la mémoire de nos disparus ne soit jamais trahie car nous devons continuer avec courage et détermination à  lutter pour la justice et l’égalité, et à affirmer haut et fort la nécessité sacrosainte à protéger et préserver la dignité humaine et les droits civiques. Avec la contribution remarquable de notre commission en charge des droits humains, le parti à proposé à la conscience nationale la construction d’un centre de mémoire pour les victimes des répressions politiques.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Dans le combat que mène le Bloc Libéral, les personnalités que nous avons  citées ci-dessus nous ont inspiré et nous inspirent. Avec Martin Luther King, nous disons qu’une injustice commise quelque part sur le plus petit coin de la Guinée est une menace pour la justice partout en Guinée. Comme l’a conseillé Mahatma Gandhi, les militants et les sympathisants du Bloc Libéral veulent incarner la rupture qu’ils ambitionnent dans notre pays ; la rupture d’avec la division, l’ethnocentrisme, le régionalisme, la mal gouvernance, les injustices, l’insécurité, les inégalités, la pauvreté, etc. Comme Nelson Mandela, nous croyons au BL qu’aucun de nous, agissant seul, ne peut atteindre le succès. Et comme le Président Obama l’a dit, nous sommes dans le même bateau qui s’appelle la Guinée. Nous sommes plus forts lorsque nous prenons soin les uns des autres. Les militants et les sympathisants du Bloc Libéral sont profondément habités par le désir de donner un sens à la devise de notre pays : « Travail – Justice – Solidarité ». Oui, le travail pour tout le monde, mais particulièrement pour les jeunes, la justice et la solidarité pour tous.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Au nom de tous les militants et sympathisants du Bloc Libéral, je lance un appel à l’ensemble des partis politiques qui travaillent à la construction d’une alternative à la gouvernance actuelle de s’unir dans la confiance mutuelle, l’honnêteté, la sincérité, la transparence et le respect mutuel. Les défis qui nous attendent dans un proche avenir nous le recommandent. Nous n’avons pas besoin d’être tous membres d’une même plateforme politique, mais nous sommes obligés de travailler ensemble pour créer la synergie afin d’atteindre nos objectifs. Pour empêcher, par exemple, la modification des dispositions constitutionnelles relatives à la levée de la limite de deux mandats, qu’envisagent les thuriféraires du régime actuel afin de permettre à Monsieur Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Cette unité sera autant indispensable qu’un partenariat avec les organisations de la société civile guinéenne, que nous devons apprendre à respecter.

C’est pour ces raisons que je déplore les dérives anti-démocratiques et anti-Etat de droits en cours actuellement dans les rangs de l’opposition guinéenne. L’opposition guinéenne doit se ressaisir et se reconnecter avec les valeurs dont elle se réclame, sinon elle est en train de se tourner au ridicule.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Dans les mois et les années qui vont suivre, le Bloc Libéral compte :

  • poursuivre la formation de ses militantes et militants sur la culture de la citoyenneté, sur les droits et les libertés ainsi que sur la vie du parti ;
  • poursuivre des activités d’implantation en vue de couvrir l’ensemble des 304 sous-préfectures et des 3763 quartiers et districts du pays ;
  • promouvoir la paix et l’unité nationale en réitérant la proposition d’un cadre cohérent et concret d’établissement de la vérité et de la justice en vue d’une réconciliation nationale ;
  • lutter contre l’impunité et les violations répétées de la Constitution et des lois de la République par les gouvernements ;
  • empêcher, par tous les moyens légaux, la modification des dispositions constitutionnelles relatives à la limitation de mandats;
  • sensibiliser les Guinéens, notamment les jeunes, sur les méfaits de l’ethnocentrisme, le régionalisme et sur l’exclusion sociale ;
  • travailler en synergie avec d’autres plateformes politiques et sociales pour éviter que la recommandation numéro deux des accords du 12 octobre, 2016 ne deviennent loi, et réclamer la tenue, dans les meilleurs délais et de façon couplée, des élections communales et des conseils de quartier et de district ;
  • dénoncer et combattre toutes les actions de nature à causer la dégradation de l’environnement, à l’occurrence l’exploitation autorisée des forets classées de Ziama et de Diécké et la pollution sur les sites d’exploitation minière ;
  • travailler à doter le pays d’une CENI technique, compétente, et d’un fichier électoral propre et fiable ;
  • participer aux élections locales, législatives et présidentielles prochaines, etc.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Je ne saurais terminer cette intervention sans remercier toutes ces personnes, nombreuses, qui soutiennent dans l’anonymat, la poursuite du rêve d’une Guinée libre, juste et prospère, à travers leurs aides matérielles et financières et leurs précieux conseils. Je voudrais également et de nouveau remercier chacun de vous, au nom des militants et sympathisants du BL, d’avoir rehaussé de votre présence cette cérémonie, qui marque le quatrième anniversaire de la légalisation du Bloc Libéral. Je voudrais souhaiter que Dieu guide les Guinéens vers un avenir de paix, de compréhension mutuelle, de justice, de vérité, de liberté, d’égalité et de prospérité. Joyeux anniversaire à tous les militants et sympathisants du Bloc Libéral !

Vive la paix et l’unité nationale !

Vive la démocratie et l’Etat de droit !

Vive le Bloc Liberal !

Je vous remercie pour votre attention.

Le Bloc Libéral condamne l’attentat terroriste visant une Mosquée à Québec

DECLARATION No 41 DU BLOC LIBERAL

Le Bloc Libéral condamne l’attentat terroriste visant une Mosquée à Québec et présente ses condoléances aux familles de M. Mamadou Tanou BARRY et de M. Ibrahima BARRY, à la communauté guinéenne du Canada et aux peuples du Canada et de Guinée !

Le Bloc Libéral (BL) a appris avec consternation et inquiétude, le dimanche 29  Janvier 2017, la mauvaise nouvelle de l’attaque terroriste ayant visé la Mosquée du Centre islamique de Québec. Selon les informations publiées par les autorités québécoises et canadiennes, cette attaque terroriste a coûté la vie à six personnes dont deux canadiens d’origine guinéenne (Monsieur Mamadou Tanou BARRY, informaticien, et Monsieur Ibrahima BARRY, Agent de la régie d’assurance maladie du Québec) et blessé grièvement cinq autres personnes.

Le Bloc  Libéral condamne avec la dernière énergie cet acte barbare intolérable et injustifiable d’un autre temps. Le BL  félicite et encourage les autorités québécoises et canadiennes pour la promptitude avec laquelle elles ont identifié, arrêté et accusé formellement Monsieur Alexandre BISSONNETTE, présumé auteur de l’attentat terroriste. Le BL espère que le présumé auteur sera jugé et condamné à la hauteur de sa forfaiture. Le terrorisme, quelle que soit sa nature, n’a pas sa place dans la société humaine.

Le Bloc Libéral présente ses sincères condoléances aux familles des victimes, à la communauté guinéenne du Canada et aux peuples du Canada et de Guinée. Le BL souhaite le repos des âmes des victimes tuées. Le BL souhaite  également un prompt rétablissement aux blessés.

Fait à Conakry le 3 Février, 2017

Le BLOC LIBERAL

Halte à la Destruction de la Foret Classée de Ziama !

DECLARATION No 40 DU BLOC LIBERAL

Halte à la Destruction de la Foret Classée de Ziama !

Le Bloc Libéral a appris, avec une grande déception, que Monsieur Alpha Condé  a vendu les  forêts classées de Ziama et de Diécké à la Société COUJY CORPORATION. Cet acte a été consacré par la Note de Service  N0 132/201/PRG/SP, portant la signature et le cachet du Président de la République de Guinée.

Il faut rappeler que Ziama a été érigée en forêt classée depuis 1932 ; et depuis 1980, l’UNESCO l’a conféré le statut de patrimoine mondial de l’humanité ; et en 1981, elle a été déclarée comme la réserve de la biosphère universelle. En fait, selon les scientifiques, Ziama abrite plus de 1300 espèces végétales et 547 espèces animales. Il faut souligner que 22 espèces de cette faune sont protégées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Alors, il est indéniable que l’exploitation de la forêt Ziama aurait un impact sur le microclimat de la Guinée ; ce qui entrainerait la baisse de la pluviométrie sur l’étendue du territoire national, tout en aggravant l’assèchement de la nappe phréatique et la sècheresse dans le Sud du pays, qui est le grenier agricole de la Guinée. Par ricochet, ces faits entraineraient la famine en Guinée, tout en mettant en péril la santé publique par la dégradation de l’air, privé de filtre naturel de carbone que constituent les arbres. La coupe de bois aura aussi une incidence sur le mouvement de touristes ; ils viennent dans cette région à cause de son unique panorama pittoresque.

Conséquemment, le BL lance un appel à Monsieur Alpha Condé afin qu’il annule l’autorisation de la coupe de bois des forets de Ziama et de celles de Diécké. Il en va de la survie, dans le long-terme, des Guinéens et des peuples de la sous-région, voire même du monde.

Dans ce combat pour la survie de notre peuple, le BL demande à la classe politique nationale, toute obédience confondue, et à la société civile guinéenne de travailler ensemble dans l’intérêt supérieur de la Guinée. Nous ne devons pas laisser les commissions et autres pots-de-vin mettre la vie de nos peuples en danger. Nous demandons aussi aux ambassades accréditées an Guinée, a l’UNESCO et autres organisations nationales et internationales, d’intercéder auprès de Monsieur Alpha Condé, afin qu’il désiste de son entreprise de destruction de la flore et de la faune guinéenne. Il en va du destin des Guinéens mais aussi de celui de l’humanité.

Fait à Conakry, le 3 Février,  2017

 Le Bloc Libéral