DECLARATION No 62 DU BLOC LIBERAL

Déclaration concernant l’attaque de la délégation du bloc libéral à Gueasso.

” Si la loi demeure la boussole des Républicains ; la violence est l’arme des anarchistes.

En effet le non respect de la loi dans l’installation des exécutifs communaux exacerbe des tensions dans plusieurs localités du pays et accroit dangereusement le risque d’affrontements entre militants de partis politiques. Et pour preuve une délégation du bloc libéral conduite par son 3e vice-président Oumar Sanoh a été prise en otage par des loubards du RPG dans le bureau du préfet ce samedi 06 Octobre 2018 à Gueasso. Bien avant cet acte les responsables du BL furent sciemment empêchés par des barricades de rencontrer leurs militants de cette zone forestière. Et pourtant ils etaient venus juste faire viser leurs ordres de mission par les chefs administratifs des lieux. Les attaques contre notre formation politique s’intensifient au fil du temps et prennent des allures d’un acharnement, d’un sentiment de haine et de mépris à l’égard du parti. Car on se rappelle également que le 27 septembre dernier c’était le président Faya millimouno qu’on agressait physiquement dans un sit-in devant la cour constitutionnel.

Nous condamnons avec la plus grande énergie ;   Ces actes inhumains, lâches, anti-démocratique   et d’intimidations qui visent à déstabiliser les militants et responsables du BL afin d’installer frauduleusement des maires RPG et alliés dans les circonscriptions électorales Légitimement gagnées par la 4ème force politique. Derrière ces agissements se cache une volonté manifeste de freiner l’élan de progression du parti sur le territoire national  notamment dans ses fiefs. Cependant Nous ne céderons ni aux provocations ni aux menaces , d’où qu’elles viennent.

Par ailleurs nous exhortons le gouvernement en l’occurrence le ministère de l’administration du territoire à assurer la sécurité des missions des partis politiques à l’intérieur du pays et à mettre tout en oeuvre pour installer les exécutifs communaux dans les brefs délais.

Le bloc libéral interpelle aussi les responsables de notre appareil judiciaire à diligenter des enquêtes et à punir les coupables  sur que l’on peut qualifier d’entrave à la liberté politique consacrée par l’article 10 de la constitution guinéenne.

Enfin nous invitons  tous les militants, militantes et sympathisants du bloc libéral à se mobiliser et à rester vigilants dans le  but d’empêcher vigoureusement toutes les velléités de fraudes et de déstabilisation venant de la Mouvance présidentielle.

Fait à Conakry le 06 octobre 2018 par la cellule de communication du bloc libéral.