DECLARATION No 61 DU BLOC LIBERAL

C’est avec consternation que le Bloc Liberal (BL) a appris la soudaine hausse du prix du carburant à la pompe. Cette décision, des moins bien réfléchies, établit la vision floue du pouvoir en place en matière d’économie. Partant, le BL fustige absolument la hausse du prix du carburant à la pompe. Cette soudaine flambée du prix va infailliblement conduire notre économie nationale au bord de sa tombe.

Cette augmentation du prix du carburant est surtout une catastrophe pour la majorité de la population guinéenne, qui vivait déjà sous le seuil de pauvreté. Pour les fonctionnaires en particulier, cette augmentation de 25% du prix du carburant, ajoutée au taux d’inflation d’environ 10%, remet le compteur là où il était avant que le gouvernement ne concède laborieusement une augmentation des salaires de 40%. Cela veut dire que les travailleurs de Guinée, en particulier, et la majorité de la population, en général, continueront de tirer le diable par la queue.

Comme par le passé, le gouvernement, par le biais de son porte-parole, demande aux populations de faire montre de sacrifice. Au lieu de toujours demander aux populations de serrer davantage la ceinture, le Président de la République doit, sans délais, réduire le train de vie de l’État au strict minimum. Cette réduction doit se faire par : a) une réduction accrue du budget de souveraineté; b) une réduction de la taille pléthorique du gouvernement et du nombre de conseillers avec rangs de ministre, c) la suppression des achats de voiture de luxe comme voitures de service des cadres ; d) l’arrêt de la distribution extravagante de tickets de carburant ; e) l’attribution mesurée de frais de fonctionnement des ministres et des hauts fonctionnaires. D’autres mesures pourraient être 1) d’identifier de nouvelles niches de taxes, 2) mettre fin aux exonérations fiscales, 3) mettre immédiatement un terme à la gabegie financière, 4) lutter efficacement contre la corruption, 5) mettre aux enchères une partie du parc automobile de l’Etat, etc.

En bref, le pouvoir d’Alpha Condé est en train de faire subir les conséquences de sa mauvaise gestion aux Guinéens qui sont parmi les plus pauvres du monde, selon la Banque Mondiale. Le gouvernement se livre délibérément à̀ l’exploitation des consommateurs de carburants et, par ricochet, à̀ celle de toute la population. Cela a de graves conséquences sur l’économie nationale. En effet, cela est de nature à̀ restreindre la consommation, à̀ réduire l’épargne et à̀ freiner l’investissement. C’est pourquoi, cette décision du gouvernement est inacceptable au Bloc Libéral, qui promet de travailler avec les autres acteurs politiques et sociaux pour s’y opposer.

Il convient de rappeler au gouvernement que l’origine de ses difficultés de trésorerie se trouve dans la mal gouvernance, la gabegie financière, la corruption, l’enracinement de l’impunité, etc.

La Guinée, que Dieu a béni avec tant de ressources, ne devrait pas être un enfer pour les  Guinéens. Un nouvel ordre politique doit impérieusement voir jour pour sauver la Guinée d’un système qui a fait longtemps défaut.

FAIT À CONAKRY, LE 3 JUILLET 2018

Le BLOC LIBERAL