DECLARATION No 42 DU BLOC LIBERAL

DECLARATION No 42 DU BLOC LIBERAL

Au Nom de la Liberté d’Expression et du respect des droits fondamentaux !

Le Bloc Libéral (BL) dénonce, sans appel, l’arrestation de l’artiste Elie Kamano par les gendarmes du PM2, sise dans la commune de Matoto, Conakry, ainsi que l’arrestation et l’assassinat des citoyens sans défense, ce jour lundi, 20 février, 2017. Il est évident que la détention d’Elie Kamano n’ait pas été prise par les gendarmes ; elle a été ordonnée par des autorités politiques de notre pays. Le BL exige l’abandon de toute poursuite judiciaire contre Elie Kamano et la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes arrêtées, ce lundi 20 février 2017, au nom de la liberté d’expression et du respect des droits fondamentaux. Le BL exige également l’ouverture d’une enquête judiciaire immédiatement pour identifier les auteurs des assassinats.

Le Bloc Libéral (BL) témoigne sa solidarité à Elie Kamano, à toutes les personnes arrêtées ce lundi 20 février 2017 et leurs familles, présente ses condoléances les plus attristées aux familles des personnes assassinées et au peuple de Guinée, et prie pour le repos de l’âme des compatriotes assassinés. 

Indéniablement, l’incarcération d’Elie Kamano au PM2 est une mesure politicienne parce qu’elle  vise à  intimider le peuple de Guinée – afin de le dissuader d’exiger une éducation de qualité pour les élèves et étudiants guinéens. Toujours dans l’optique politicienne, cette manœuvre est conçue pour détourner l’attention du public Guinéen de la grave crise de l’enseignement, qui perdure depuis l’accession de Monsieur Alpha Conde à la magistrature suprême.  Aussi, c’est un acte qui va en contre-sens de l’esprit de la démocratie qui repose, entre-autres, sur  la liberté d’expression des citoyens. Ce comportement des autorités révèle leur pratique de démocratie de façade, caractérisée par le dysfonctionnement des institutions, la violation répétée des droits et libertés fondamentaux, l’impunité totale face aux crimes économiques et de sang. L’utilisation systématique et excessive de la force publique, pour réprimer des citoyens qui ne font qu’exercer leurs droits, démontre la nature du régime d’Alpha CONDE.

En fait, un régime démocratique pratique une politique consensuelle qui se traduit en actes unificateurs des citoyens. Un tel  régime accepte les critiques des citoyens. Paradoxalement, un régime qui tend vers la dictature fait recours au musellement des citoyens tout en exerçant sur eux une force centripète qui les disperse et dissipe leur énergie. C’est pourquoi,  Monsieur Alpha Condé, dont les arguments sont incompréhensibles et injustifiables, fait recours à la force pour gérer la crise de l’enseignement en Guinée. Un régime dictatorial, comme celui de Monsieur Alpha Condé, qui se sert du peuple au lieu de le servir, est toujours en désaccord  avec les citoyens.

L’arrestation d’Elie Kamano, fait de lui  le symbole des millions de Guinéens sans-voix face au régime incompétent et corrompu d’Alpha Condé. Comme un proverbe Chinois le dit, « Le pourrissement du poisson commence toujours par sa tête ». La décadence de notre pays est due à la carence de leadership dont il n’existe aucune vision positive de l’histoire et de la sociologie du pays. Cet aveux a été fait maintes fois par Monsieur Alpha Condé : il a publiquement reconnu qu’il ne connait pas les cadres Guinéens ni les Peuples de Guinée. Pire, il ne se soucie pas de la vie et du bien être des citoyens Guinéens. Les différentes victimes de sa politique n’ont jamais obtenu justice et continuent de vivre dans l’indifférence et la misère totale.

En fait, les multiples grognes des Guinéens et Guinéennes, depuis l’avènement du régime Alpha Condé établissent de plus en plus que les gouvernants sont désarticulés des gouvernés. Le leadership  ne comprend pas nos profondes aspirations pour la justice sociale, le développement socioéconomique et l’institution de l’État de droit en Guinée. C’est pourquoi, les Guinéens progressistes, de toute confession, sans considération ethno-régionaliste ni partisane, doivent se mobiliser pour remettre la Guinée sur les rails du progrès. Notre pays doit aller dans la direction de développement socioéconomique  qu’il mérite, à la dimension de ses richesses naturelles. Elie Kamano et toutes les personnes arrêtées aujourd’hui lundi 20 février 2017 doivent être élargis immédiatement, au nom de la liberté d’expression et les auteurs des massacres traduits devant les tribunaux.

Fait à Conakry le 20 Février, 2017

Le BLOC LIBERAL